Susciter la curiosité des ados. Nos parcours culturels

Susciter la curiosité des ados. Nos parcours culturels

- in Culture
0
Musée Olympique, une vue imprenable sur le LémanMusée Olympique, une vue imprenable sur le Léman

L’été arrive à grands pas. Sous ce soleil de plomb, les idées de sorties en famille ne manquent pas : randonnées, piscine, cinéma, lecture à l’ombre et bien sûr l’immanquable sortie au musée.

Pour les parents qui souhaitent stimuler la curiosité de leurs ados, les musées et les bibliothèques sont un must. Encore faut-il donner envie et bien organiser son parcours.

Pour vous aider, nous restons dans le thème de notre précédent article sur le Jeu Vidéo et nous vous proposons deux parcours culturels qui vous permettront de passer un moment enrichissant en famille.

sommaire :

 

Le parcours Lausannois

Débuter par le musée Bolo

La première étape du parcours est la visite du musée Bolo puis le musée Olympique.

Adepte du rétro-gaming ? Le musée Bolo est dédié à l’histoire des jeux vidéo. Il permet également de découvrir les anciennes consoles et les ancêtres de nos ordinateurs. Situé au sein de l’École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), les expos temporaires et permanentes méritent le déplacement.

Savamment pensées, les expositions permettent plusieurs niveaux de lecture. Parents et enfants y trouveront un intérêt certain.

Au-delà des présentations classiques, le musée Bolo propose aussi des ateliers logidules pour initier les enfants à la programmation informatique.

À deux pas du musée Bolo, les plus curieux pourront se rendre au Pavillon. Il reste quelques jours pour profiter de la belle exposition “Things that talk” dédiée à la vie secrète des instruments scientifiques.

Plus largement, c’est aussi l’occasion d’emmener vos enfants sur le Campus de l’université et peut-être susciter en lui l’envie de s’intéresser aux sciences et à l’ingénierie.

Continuer avec le musée Olympique

Cap ensuite sur les bords du Léman. Pour les amoureux du sport, Lausanne a une importance particulière. Capitale Olympique, la ville héberge le musée consacré aux jeux olympiques.

Rénové entièrement en 2013, le musée expose la tradition des jeux via ses équipements ultra-modernes. Écran 180°, visite virtuelle, bornes interactives, design et éclairage innovant. La scénographie est très bien réalisée. L’ambiance est immersive et parfaitement réussie.

De nombreux jeux jonchent le musée et permettent de rendre la visite plus participative. Comparez votre 100m avec celui d’Usain Bolt, testez vos réflexes et défiez-vous dans des jeux de réflexion.

Le musée comprend un espace payant ainsi qu’une exposition gratuite. Vous pourrez notamment y observer toutes les torches olympiques depuis 1936. Prévoyez une bonne après-midi car les 3000 m² de l’exposition prennent du temps.

En fin de visite, le Tom café vous permettra de vous rassasier en profitant d’une vue imprenable sur le lac Léman.

 

Les visites à Genève

Débuter par le jeu vidéo en bibliothèque

Pour les ados, les bibliothèques, le plus dur c’est d’y entrer. Une fois qu’on y est, il y a tellement de choses à découvrir (BD, DVD, livres, romans…) qu’on y reste souvent plus longtemps que prévu avec plus de livres que prévu. L’été est l’occasion de découvertes merveilleuses.

La thématique annuelle des bibliothèques municipales est celle de la popculture. Il y a notamment une exposition qui peut entraîner les ados à pousser la porte… Elle concerne l’histoire des jeux vidéo et s’appelle “De Pong à Fortnite”.

Pour ceux qui hésitent entre aller au musée ou se balader en plein air, l’exposition “Hypercity” offre la solution parfaite. Les parcours organisés permettent de visiter la ville à la lumière de la musique. Sunset de Frank sinatra, “Genève brule” du groupe punk Technycolor,… La cité de Calvin est dans la tête de nombreux artistes qui ont marqué l’époque.

Continuer par le Musée d’Art et d’Histoire

Après un tour par la bibliothèque de la ville, nous recommandons de poursuivre par le Musée d’Art et d’Histoire et son exposition temporaire “Pas besoin d’un dessin”.

Jean Hubert Martin a reçu carte blanche et s’est mis en tête de rendre la collection du musée le plus accessible possible. Il s’est amusé à les organiser non par auteur, par date ou par thème mais par couleur.

Ses installations saugrenues peuvent faire grincer des dents certains puristes. Pourtant, 800 œuvres sont ainsi à la portée du regard, dans des énigmes visuelles qui stimulent l’imagination. Tous les âges peuvent y trouver leur intérêt et construire leur propre parcours de visite. Les objets, toiles, sculptures, vitraux créent des résonances ludiques qui peuvent captiver les plus jeunes. Ne ratez pas les salles de fin avec le cabinet de curiosités chromatique.

L’exposition est à voir jusqu’au 19 juin.

Nous espérons vous avoir donné des idées.
A bientôt dans les musées et les bibliothèques de Romandie…

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.