Vaccination Covid du frontalier, Suisse ou France?

Vaccination Covid du frontalier, Suisse ou France?

- dans Santé - Famille
1 Reply
Le vaccin Covid nous permettra-t-il de retrouver une vie normale?Le vaccin Covid nous permettra-t-il de retrouver une vie normale?

En pleine deuxième vague de l’épidémie de Coronavirus, la campagne de vaccination a commencé en Suisse et en France.

Le vaccin, dont le nombre de doses à disposition est encore restreint, demeure aujourd’hui la seule issue face à cette crise sanitaire de grande ampleur qui met les centres hospitaliers sous pression depuis plusieurs mois.

L’objectif de ces campagnes de vaccination est de réduire le nombre de cas graves et de décès liés au virus et de permettre aux services de réanimation de sortir la tête de l’eau.

Où en sont la Suisse et la France dans le processus de vaccination? Quelles sont les prochaines étapes? Quelles sont les options pour les frontaliers? Où et comment se faire vacciner?

Sommaire :


 

Deux vaccins sur le marché en Europe

Deux vaccins ont été validés par l’Agence européenne des médicaments (AEM): le germano-américain de Pfizer et BioNtech avec 300 millions de doses commandées, et l’américain de Moderna (160 millions de doses commandées) qui utilise une chaîne de production en Suisse dans le Valais.

Tous deux également autorisés en France, sont de type ARN messager et ont une efficacité respective de 94.5% et 94%. Deux doses, injectées à trois semaines d’intervalle, sont nécessaires pour garantir sa pleine efficacité. En Suisse, quelques semaines après avoir autorisé de Pfizer et BioNtech, l’autorité d’autorisation et de surveillance des produits thérapeutiques Swissmedic a donné son feu vert au vaccin Moderna le 13 janvier 2021.


 

Vaccination Covid19 : l’Europe à la traîne

Les pays européens ont débuté la campagne de vaccination à un rythme différent. Début janvier 2021, le Royaume-Uni s’est distingué en ayant vacciné 1,3 million de personnes, Israël qui s’est lancé dans une course contre la montre, a déjà vacciné plus d’un quart de sa population.

En comparaison, le processus est bien plus lent en Europe. Dans la même période, l’Allemagne a vacciné 264’000 personnes âgées et personnels soignants. Ce sont des choix de politique sanitaire qui en sont la cause. Les autorités d’Allemagne, de Suisse et de France ont opté pour la stratégie de vacciner les plus vulnérables en priorité. Cette vaccination ciblée prend plus de temps qu’une vaccination généralisée.


 

Etat des lieux de la vaccination en Suisse

En Suisse, la campagne de vaccination a commencé dans la totalité des cantons mais la lenteur du processus est pointée du doigt.

Le public-cible a été défini dans l’ordre de priorité suivant :

  1. Les personnes de 75 ans et plus, ainsi que toutes celles porteuses de maladies pouvant causer des formes graves d’infection (hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires, diabète etc.). Les femmes enceintes sont exclues de cette catégorie.
  2. Les personnels de santé en contact avec le public considéré comme vulnérable, notamment en établissement médico-sociaux (EMS).
  3. L’ensemble des personnes en contact étroit avec les personnes vulnérables. Il s’agit principalement des personnes du même foyer.
  4. Les résidents d’institutions communautaires et leur personnel
  5. Tous les adultes volontaires. Ce n’est qu’à partir de la fin du printemps, début de l’été que les adultes pourront se faire vacciner, prévient l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Si vous répondez aux caractéristiques mentionnées dans les phases 1 et 2, vous pouvez vous faire vacciner dès maintenant.

Effet du fédéralisme… les données fédérales relatives au taux de vaccination ne sont pas encore disponibles. Néanmoins les chiffres à disposition indiquent des disparités entre les cantons romands. Au 8 janvier 2021, dans le canton de Genève, 2’000 personnes se sont fait vacciner alors que Neuchâtel et Vaud ont respectivement injecté le vaccin à 600 et 350 personnes.


 

Suisse : où et comment se faire vacciner ?

Si vous êtes une personne prioritaire, il convient de prendre rendez-vous avec votre médecin traitant. A Genève, il est possible de s’inscrire sur internet. Dans le canton de Vaud, en plus de l’infoline cantonale dédiée, un site est également mis à disposition du public pour prendre rendez-vous.

Pour toute question, il est possible d’appeler l’Infoline nationale sur la vaccination COVID-19 tous les jours de 6h à 23h au numéro suivant : +41 58 377 88 92.


 

Combien coûte le vaccin en Suisse ?

Le vaccin est gratuit pour le public, toute catégorie d’âge confondue. C’est l’assurance obligatoire LAMal qui prend en charge les coûts des éventuelles consultations médicales préalables et du vaccin.

De son côté, la Confédération assume les frais de transport du vaccin et sa répartition dans le pays. Les cantons s’occupent des montants de la logistique sur leur territoire ainsi que de la quote-part.


 

Etat des lieux de la vaccination en France

En France, au 7 janvier 2021, seulement 45’500 personnes avaient reçu au moins la première dose du vaccin contre le virus. Cela a suscité de vives critiques auxquelles s’ajoute la méfiance d’une partie de la population à l’égard des vaccins, et plus particulièrement la méfiance contre les vaccins de type ARN Messager.

Confronté à la polémique, le gouvernement veut simplifier la mise en œuvre de la stratégie vaccinale et son déploiement afin d’aller plus vite. Les catégories de personnes vulnérables pouvant y avoir accès ont été élargies. Dorénavant, en plus des résidents et personnels des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les professionnels de santé, les aides à domicile et les pompiers de plus de 50 ans et les personnes handicapées résidant en institution peuvent recevoir l’injection.

A partir du 18 janvier, viendra le tour des 75 ans et plus de se faire vacciner. Les démarches pour résidents en Ehpad afin de s’assurer de leur consentement à recevoir la première dose seront aussi simplifiées.

Pour atteindre l’objectif fixé par le gouvernement d’1 million de personnes vaccinées d’ici la fin du mois, il faudrait un rythme de 39’771 vaccinations chaque jour. On s’y approche. Au 8 janvier, 80’000 personnes ont été vaccinées, soit 36’000 de plus en 24h. L’accélération de la campagne est significative.

Les « jeunes » en bonne santé devront faire preuve de patience, probablement jusqu’au printemps.


 

France : où et comment se faire vacciner ?

Des centres de vaccination de ville sont progressivement déployés : 100 centres ont déjà été ouverts, soit un par département. Au total 600 centres devraient être fonctionnels à la fin du mois. A compter du 14 janvier, une ligne téléphonique sera mise en place pour permettre la prise de rendez-vous, qui pourra également s’effectuer par Internet, sur le site Sante.fr.


 

Combien coûte le vaccin en France ?

En France, comme pour les tests, c’est la Sécurité sociale qui prend intégralement en charge le coût du vaccin. À titre informatif, son coût moyen est d’environ 12 euros.


 

La vaccination sera-t-elle obligatoire ?

Non. La France comme la Suisse ont fait le choix de ne pas rendre la vaccination obligatoire. L’acte est basé sur le volontariat. Cependant, d’autres pays peuvent la rendre obligatoire, ce qui pourrait contraindre un citoyen suisse ou français qui souhaiterait se rendre dans l’un de ces pays à se faire vacciner.

De plus, rien n’exclut que certains déplacements au sein du pays comme le fait par exemple de pouvoir se rendre à un concert ou à un match de football, ou encore d’utiliser les transports publics, soit conditionné à la vaccination. L’exécutif français a présenté, fin décembre 2020, un projet de loi autorisant le gouvernement à prendre des décisions dans ce sens. Ce projet a été dénoncé par une grande partie de la classe politique et de l’opinion publique française. Son examen par le parlement a été repoussé « après la sortie de crise sanitaire ».

Ce débat sur le fait de faire de la vaccination un prérequis afin de pouvoir se rendre dans certains lieux («passeport Covid» comme on l’appelle) existe aussi en Suisse. Il sera certainement tranché par Berne au cours des prochains mois.


 

Vaccination prioritaire pour les travailleurs frontaliers français ?

Deux députés français de la majorité ont demandé au Secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes Clément Beaune d’inciter la Suisse à vacciner de façon prioritaire les frontaliers dans les entreprises afin de ralentir la circulation du virus depuis la Suisse, l’un des pays les plus touchés en Europe.

Difficile cependant d’imaginer l’application d’une telle mesure qui bousculerait le calendrier de vaccination national. Pour l’instant, seuls les frontaliers « à risque » répondant aux critères définis par les autorités peuvent se faire vacciner.


 

Où le frontalier va faire son vaccin ?

  • S’il va travailler en Suisse et qu’il est affilié à la LAmal frontalier, il a le choix de se faire vacciner en Suisse ou en France, quelque soit sa proportion de télétravail.
  • S’il est en télétravail en France, il ira plutôt se faire vacciner en France pour des raisons pratiques.
  • S’il va travailler en Suisse mais qu’il est assuré à la Couverture Maladie Universelle (CMU) en France, il ira se faire vacciner en France.


 

Questions/Réponses Vaccin Covid frontalier

Pour le frontalier, y a t-il une limite du taux de télétravail en France pour pouvoir se faire vacciner en Suisse?

Un assuré LAMal frontalier a droit à un vaccin en Suisse, quelque soit sa proportion de télétravail.

Les partenaires (par exemple les partenaires des frontaliers qui ne travaillent pas mais qui sont affiliés à la LAMal) ont-ils le droit à un vaccin en Suisse?

Oui, un conjoint assuré LAMal a droit à un vaccin en Suisse, qu’il travaille en Suisse ou non.

Est-ce que les règles de priorité s’appliquent aux frontaliers (et potentiellement leurs familles) dans le cas des personnes à risque?

Le frontalier assuré LAMal a davantage de chances de pouvoir se faire vacciner avant le frontalier assuré à la CMU car il bénéficie du cumul des deux listes de conditions d’accès prioritaire d’accès au vaccin : la Française et la Suisse. Il a donc plus de probabilité d’être dans un cas prioritaire que s’il n’avait accès qu’à une seule liste de conditions.

Un frontalier en LAMal qui va voir un médecin suisse ou français et qui présente des justificatifs de vie commune avec une personne à risque (que celle-ci soit à la LAMal ou à la Sécurité Sociale) devrait pouvoir bénéficier de l’attribut “prioritaire” afférent à sa situation dans chacun des pays. Le régime de protection sociale de la personne à risque ne doit pas être déterminant. Ce qui est déterminant c’est son statut de “personne à risque”. Même si des médecins généralistes interprètent les textes différemment, lorsque l’on côtoie quotidiennement une personne à risque, il convient de mettre toutes les chances de son côté: dans ce cas, on ne saurait que conseiller de consulter un généraliste et se faire vacciner.


 

Notre Dossier: Covid et les Frontaliers

Coronavirus : le “Super Frontalier” face à la double peine

https://frontalier.moncoachfinance.com/2020/05/coronavirus-aller-travailler-suisse-15828.html

Covid-19: chômage partiel et RHT

Faire un test COVID, en Suisse, en France

Coronavirus, the Mask is back!

https://frontalier.moncoachfinance.com/2020/06/coronavirus-deconfinement-frontalier-16316.html

About the author

Diplômé d’un Master en Affaires européennes de l’Université de Genève, j'ai une expérience de journaliste. Spécialisé sur les questions européennes, je m'intéresse aux enjeux politiques, économiques et sociaux contemporains

Articles liés

Commentaires

  1. Bonjour, Steven a complété l’article avec 3 questions sur le sujet :

    Questions/Réponses Vaccin Covid frontalier

    Pour le frontalier, y a t-il une limite du taux de télétravail en France pour pouvoir se faire vacciner en Suisse?

    Un assuré LAMal frontalier a droit à un vaccin en Suisse, quelque soit sa proportion de télétravail.

    Les partenaires (par exemple les partenaires des frontaliers qui ne travaillent pas mais qui sont affiliés à la LAMal) ont-ils le droit à un vaccin en Suisse?

    Oui, un conjoint assuré LAMal a droit à un vaccin en Suisse, qu’il travaille en Suisse ou non.

    Est-ce que les règles de priorité s’appliquent aux frontaliers (et potentiellement leurs familles) dans le cas des personnes à risque?

    Le frontalier assuré LAMal a davantage de chances de pouvoir se faire vacciner avant le frontalier assuré à la CMU car il bénéficie du cumul des deux listes de conditions d’accès prioritaire d’accès au vaccin : la Française et la Suisse. Il a donc plus de probabilité d’être dans un cas prioritaire que s’il n’avait accès qu’à une seule liste de conditions.

    Un frontalier en LAMal qui va voir un médecin suisse ou français et qui présente des justificatifs de vie commune avec une personne à risque (que celle-ci soit à la LAMal ou à la Sécurité Sociale) devrait pouvoir bénéficier de l’attribut “prioritaire” afférent à sa situation dans chacun des pays. Le régime de protection sociale de la personne à risque ne doit pas être déterminant. Ce qui est déterminant c’est son statut de “personne à risque”. Même si des médecins généralistes interprètent les textes différemment, lorsque l’on côtoie quotidiennement une personne à risque, il convient de mettre toutes les chances de son côté: dans ce cas, on ne saurait que conseiller de consulter un généraliste et se faire vacciner.

    Bonne lecture