Coronavirus, the Mask is back!

Coronavirus, the Mask is back!

- dans Santé - Famille
26 Replies
Cornavirus : Pénurie de masquesThe Mask !

 


L’article a suivi les changements radicaux des autorités de santé au sujet des masques (pavés gris). Certes, “The Mask is back!”, mais comment trouver des masques facilement?
Nous avons ajouté trois paragraphes qui sont d’actualité avec le déconfinement:
En mai, quels masques disponibles en France?
En mai, où trouver des masques en Suisse?
En mai, 6 sites pour trouver des masques en Suisse

 

Où le frontalier peut t’il en trouver en Suisse, en France?
Comment la Suisse et la France gèrent-elles cette pénurie?
Des réponses pratiques et un petit historique de cette pénurie de masques s’imposent.

Sommaire :

En mai, quels masques disponibles en France?

Promise pour le 4 mai, la disponibilité des masques reste toujours très inégale en France. Selon les enseignes et votre commune, vous en obtiendrez ou pas…  Les super marchés Casino et Super U à côté de chez moi devaient en avoir la première semaine de mai. La deuxième semaine de mai, ils n’en n’ont toujours pas. J’ai fini par trouver des masques en tissus chez mon cordonnier ! @Jean_68 nous informe sur le Forum des Frontaliers que Intermarché a permis des réservations de masques le 4 mai qui ont pu être récupérés le 7 mai à 29,54 euro la boite. Le 9 mai, le même portail affiche que le formulaire de réservation n’est plus accessible car tous les masques disponibles ont été réservés. @Jean_68 conseille d’y aller plusieurs fois par jour pour réussir à y accéder.

En France, la polémique enfle entre les pharmacies  et la grande distribution autorisée à vendre des centaines de milliers de masques chirurgicaux, ce qui passe très mal auprès des pharmacies réduites à de maigres stocks réservés aux soignants! Cela n’empêche que certaines pharmacies ont des livraisons importantes. C’est le cas de la grande pharmacie de Saint-Louis rue de Bâle qui a informé @Jean_ 68 attendre un arrivage la semaine du 11 mai après celui de la semaine précédente. Le 13 mai, @Alain74 nous informe en trouver à 0,90€ pièce à la boulangerie. Décidément les masques arrivent de partout, encore faut il les attraper quand ils apparaissent.

Les principales enseignes déclarent vendre à prix coûtant. Mais dans certains cas, elles les réservent en priorité aux clients avec une carte de fidélité. Les masques ne sont jamais disponibles en rayon (pour éviter le surstock de la part des clients). Il faut les demander lors du passage à la caisse.

On trouve assez facilement des  masques en tissus dans le commerce. La cérémonie du nettoyage à la machine à laver à 65° ou du nettoyage à la vapeur, le masque suspendu au dessus d’une casserole d’eau bouillante doit refroidir plus d’un frontalier actif qui n’a peu de temps libre.

Le frontalier va donc contacter les points de vente près de chez lui ou profiter de son déplacement vers son travail pour trouver des masques en Suisse. Il doit rester sur le qui-vive pour bénéficier des arrivages de masques, quand ils sont disponibles, en France ou en Suisse.

En mai, où trouver des masques en Suisse ?

Comme le Conseil Fédéral l’a annoncé,  depuis le 27 avril,  1 million de masques sont distribués chaque jour par les grands distributeurs. Pour les frontaliers qui n’en trouvent pas encore côté français, c’est une solution pour s’en procurer.

La disponibilité des masques en Suisse est bien meilleure qu’en France mais elle n’est pas généralisée. On en trouve dans les supermarchés, mais pas dans tous les supermarchés. On en trouve dans des petites épiceries et débits de tabac mais pas dans toutes. J’en ai même trouvé dans une pâtisserie. 

Si le frontalier souhaite s’équiper en masques en Suisse pour réduire les risques du déconfinement de sa famille en France ou pour reprendre le travail en Suisse, il a besoin d’une source fiable de masques. S’arrêter à tous les supermarchés et toutes les épiceries n’est pas la solution lorsque l’on a de longs temps de transport. J’en ai fait l’expérience. Je me suis rendu dans trois Coop sans succès avant que l’on m’oriente vers une grande Coop qui était trop loin pour que j’y aille facilement. Je suis aussi allé à un grand centre commercial Mparc à 8 heures du matin le samedi. J’ai dû abandonner parce que la queue à l’entrée du magasin était trop grande. En effet, il n’y a pas de queue dédiée aux achats de masques contre le Coronavirus.   

Internet nous est apparu la source la plus fiable puisque il donne accès aux stocks centralisés des grandes enseignes suisses qui sont régulièrement alimentées par les stocks de l’armée. 

Le paquet de livraison de 50 masques n’est pas volumineux. L’employeur du frontalier ne devrait rien  trouver à redire si celui-ci reçoit régulièrement un paquet de 50 masques dans les locaux de l’entreprise. Ces paquets entrent facilement dans la “boîte à lait” des petites entreprises. Il est néanmoins conseillé de prévenir son employeur avant la réception du petit colis.

La voici, notre première boite de masques commandée par internet et livrée par la Poste en 2 jours!

masques covid achetés en Suisse sur internet
masques covid achetés en Suisse sur internet

Remarque : L’employeur doit protection à ses employés. Votre employeur a donc dû se procurer des masques pour vous protéger quand vous êtes dans les locaux de l’entreprise. Il n’a pas à se procurer de masques pour vos proches. Se faire livrer des masques à l’adresse de votre entreprise confirme à votre employeur que les masques qu’il vous fournit seront utilisés pour votre usage professionnel.

En mai, 6 sites pour trouver des masques en Suisse

SiteFournisseurOffre et CommandeMasques et prix
Deindeal.chM3 Sanitrade créée par un magnat de l'immobilier pour importer des masques pendant la crise
L’offre est destinée aux entreprises, les commandes unitaires dépassent 1’500francsLa démarche marketing est particulièrement rodée, elle joue sur deux ressorts de la vente, l’urgence et la rareté, elle ne correspondait pas au besoin du particulier. Elle propose maintenant 50 masques 3 plis à 35+9,9 francs
Coopathome.chGroupe CoopLa commande doit être supérieure à 100 franc,l’utilisation d’un profil nominatif est obligatoire, le délai de livraison en grande ville est d’une semaine! L’offre n’a pas été retenue
Doitgarden.chGroupe MigrosLa commande peut se faire sans création de compte, la livraison a été reçue en 2 jours, la commande a été limitée aux seuls masques pour accélérer la livraisonMasque typeI tissus jetable, 39.90 francs pour 50 masques + livraison de 5.95 francs
L’offre a été testée, le colis est arrivé
LyrecoDistributeur de fournitures de bureauUne campagne de mailling a été adressée à mon employeur. Quelques heures plus tard, l’offre n’était plus disponible, sans changement depuisL’offre n’est plus disponible
Landi.chDistributeur de produits agricoles, fournitures pour jardin, diversLa commande se fait sans création de compte, la livraison a été retardée à 4 jours, le nombre de masques commandés n’est pas limitéeMasque FFP1 ”rigide”, 20 pièces pour 30.95 francs+ frais d’envoi 7.90 francs
Microspot.chGroupe CoopLe site propose des masques hygiène 3 couches et des masques de protection KN95. Le nombre de boîtes est limité à 3 par commande de chaque type50 Masques hygiène à 3 épaisseurs, 49.95 francs

10 masques KN95, 39.95 francs

Nous avons d’abord retenu l’offre de Migros. Elle nous a donné satisfaction. Nous avons refait une commande de 50 masques pour les collègues. Cette commande est aussi bien arrivée sans souci. Mais le 8 mai quand nous avons tenté de recommander des masques, le délai de livraison a été augmenté à 4 semaines

Nous avons alors commandé une série de masques pour les autres collègues chez Landi.ch. Ces masques d’hygiène étaient prévus arriver dans 4 jours. Commandés le samedi soir, ils sont arrivés le mardi matin. Suite à la disponibilité transmise par @Jean_68 du Forum des Frontaliers, nous avons fait une dernière commande sur le site Microspot.ch. Le nombre de boîtes est limité à 3 par commande, le délai de livraison est de 2 jours ouvrés. Ces masques ont été commandés le samedi et sont arrivés le lundi après-midi ! 

On en déduit qu’en Suisse, les commandes de masques par internet fonctionnent correctement mais que le frontalier doit jongler avec les disponibilités des fournisseurs pour s’assurer une source fiable de masques de protection contre le Coronavirus. Commander des masques par internet est plus facile que de se déplacer et d’attendre aux queues des grands supermarchés. Des petites épiceries commencent à stabiliser leurs sources. Elles proposent maintenant des masques dans leurs devantures. 

Vente de masques de protection coronavirus dans une épicerie tabac en Suisse
Vente de masques de protection coronavirus dans une épicerie tabac en Suisse

 

 

De la pénurie à la conservation…

En France comme en Suisse, il n’y a pas eu assez de masques à la disposition des citoyens. L’arrêt des exportations depuis la Chine et la Corée n’a rien arrangé. Les couacs non plus, comme ces camions chargés de masques pour la Suisse, bloqués au mois de mars en Allemagne et en Italie.

Les barrières aux frontières se sont refermées, et chaque pays a gardé ses masques. Les états ont thésaurisent les leurs, comme les particuliers leurs paquets de pâtes!


Tout en maintenant la conservation sur les stocks nationaux, l’achat international de masques bat maintenant son plein. La situation sanitaire s’est détendue en Chine, la production et les exportations ont repris.On ignore encore si elle a retrouvé un niveau suffisant pour satisfaire une demande internationale colossale. La pression est telle que les aéroports chinois sont saturés. Le journal télévisé a rapporté que des chargements de masques ont parfois erré de ville chinoise en ville chinoise, avant de trouver de la place dans un vol cargo! 

Le masque de protection, objet diplomatique

Le 19 février 2020, le ministère des affaires étrangères communique : “Un Airbus A380 affrété par la France a décollé ce soir (…) à destination de Wuhan. Cet appareil transporte des équipements médicaux dédiés à la lutte contre le coronavirus (…). Ce fret de solidarité de 17 tonnes comprend notamment des combinaisons médicales de protection, des masques, des gants et des produits désinfectants.”

Le 3 mars, le ministre de la Santé reconnaît que, la France avait cessé de renouveler ses stocks de masques FFP2 en 2011. Ce n’est que Fin février, qu’une commande mensuelle de 35 millions de masques FFP2 est passée. Ces fabrications demandent de 4 à 6 semaines de délai.

le 18 mars, en retour de l’envoi de février, la Chine a livré à la France 1 million de masques, gants et combinaisons de protection.

La Chine a bien tiré un avantage diplomatique de la situation actuelle. Elle a été la solution la plus simple, la plus efficace et la plus rapide pour qu’un État, une région, une ville se procure les masques et les matériels médicaux qui font défaut partout ailleurs. Elle cultive ainsi son image de “grand frère” bienveillant et modeste.

Gestions différentes de la pénurie

Chacun des pays a géré la pénurie selon sa culture.

En Suisse, les hôpitaux et les professions de santé n’ont pas été impactés par la pénurie.  A Genève, on ressent un assouplissement du rationnement. Autour des hôpitaux de nombreuses personnes en portent. Le 19 mars, le protocole prévoyait qu’un masque était remis à l’entrée de la file de dépistage, et qu’un autre était remis à la sortie pour chaque membre du foyer concerné.
La gestion de la pénurie relève de la logistique:

  • Pas de blocage de prix ni d’interventionnisme sur le marché des masques
  • La liberté de contracter réduit l’intervention étatique et les initiatives coercitives

La France a subi des retards de livraison, des envois désorganisés qui semblent rentrer dans l’ordre pour le secteur hospitalier. Par contre des plaintes remontent du secteur médical qui reste démuni, en ville et en campagne, médecins comme infirmiers et soignants.
La gestion de la pénurie est centralisée et dirigiste:

  • livraison du stock central avec consignes de rationnement
  • décret de contrôle de prix de vente
  • obligation de déréférencement du produit par les grands sites web de vente en ligne
  • communication et opérations de police contre les vendeurs de masques périmés
On connaît maintenant mieux l’origine de la pénurie dans l’hexagone. La France s’est dessaisie de stocks de masques très importants en 2011/2012 (environ un milliard), car ceux-ci approchaient de leur date de péremption.
L’État avait aussi choisi de transférer l’approvisionnement et la gestion des stocks de masques aux régions, à des acteurs de la santé publique et dans certains cas aux entreprises privées pour protéger leurs employés.Par soucis d’économie, très peu de commandes ont ensuite été passées, ce qui explique la pénurie généralisée constatée au début de la crise.La production s’est retrouvée de facto délocalisée en Asie et le déclenchement de la pandémie en Chine a enrayé le processus d’approvisionnement en février.La Suisse et la France reconstituent des stock de façon décentralisée. Les acheteurs de régions françaises, de communautés d’hôpitaux suisses et même d’associations vont sur le marché pour acquérir des masques et organiser leur transport et leur stockage sous haute protection.
C’est le cas de la chambre de commerce Suisse-Chine (SCCC) qui a fait atterrir 2,5 millions de masques à Genève début avril. Les autorités centrales veillent à en équilibrer la répartition à posteriori.

Le bon sens … ou le message des autorités?

Pendant les précédentes crises virales il a été préconisé que l’émetteur de particules salivaire et le récepteur potentiel portent des masques. Quand les masques viennent à manquer, affirmer que le récepteur n’en a pas besoin peut paraître louable pour éviter la psychose. C’est dommageable pour la crédibilité de “l’expert médical”, car cela semble contradictoire avec la nécessité de maintenir une distance de sécurité insuffisamment respectée.

En France, le message des autorités est simple: “pas besoin de masques pour les personnes saines”.

En Suisse, le message est plus nuancé, c’est principalement parce qu’il manque des masques qu’ils sont réservés au personnel de santé, aux malades, et aux pharmaciens.

Pour l’OMS, avec cette pandémie de covid-19, il y a une pénurie mondiale de masques, il faut en faire un usage rationnel et les utiliser avec parcimonie : “Si vous portez un masque alors que vous ne présentez pas de symptômes ou que vous ne vous occupez pas d’une personne contaminée, c’est du gaspillage”.

Maintenant que nous sommes dépourvus, il faut en priorité réserver les masques aux malades et aux médecins, ce qui est bien normal. Voilà qui est plus clair et compréhensible par la population…

Les éléments de langage des responsables politiques et de bon nombres d’experts médicaux ont totalement changé depuis la fin du mois de mars. Ce revirement est spectaculaire: le port du masque qui était inutile pour une personne saine, est devenu souhaitable et peut même devenir obligatoire.
Certains maires (Nice, Sceaux…) ont annoncé être en mesure de fournir très vite des masques à leurs administrés. La population aurait eu l’obligation de sortir masquée, sous peine d’amende. Le gouvernement a fait interdire ces initiatives.

La communication de la Suisse sur le sujet semblait la plus nuancée. Plutôt que d’affirmer que le masque ne servait à rien, elle faisait bien le lien entre la pénurie et la nécessité de réserver le stock pour le personnel soignant. Néanmoins les discours guidés par le souci de ne pas inquiéter les populations se trouvent maintenant critiqués. Espérons que les autorités auront appris qu’à l’ère d’internet, crédibilité et transparence sont liées. Les populations semblent mieux accepter les erreurs avouées que les dysfonctionnements masqués. La pénurie de masques plusieurs semaines après le début de la crise est un dysfonctionnement. L’affirmation de leur inutilité pendant des semaines est aussi un dysfonctionnement.

Retenons que le bon sens est maintenant revenu dans le message des autorités.

Comment utiliser les masques ?

La durée d’utilisation des masques (qu’ils soient chirurgicaux ou FFPx) est de quelques heures. Il est donc nécessaire de les changer régulièrement. Les masques sont à usage unique. Selon leur type le temps de protection varie de 3 à 8 heures.

Une fois le masque mis en place, il ne doit plus être touché et être remplacé dès qu’il est souillé ou mouillé. Après utilisation, jetez-le en le manipulant par les fils. Enfin bien sûr, veillez à bien le positionner sur le visage pour éviter les fuites.  Surtout, n’oubliez pas le “geste barrière”  fondamental : lavez vous les mains avec du savon au moins pendant 30 secondes.


Puisque nous sommes maintenant encouragés à fabriquer et utiliser des masques “maison”, les masques chirurgicaux ou FFP2 vont côtoyer d’autres types de masques. Les règles d’utilisation sont maintenant multiples. Dans certains cas, le lavage est préconisé, dans d’autres la réutilisation est prohibée.Conformez vous donc aux règles d’utilisation spécifique de chaque type de masque. Si pour les modèles en tissus, le lavage en machine à 60° pendant 30 minutes et le séchage au sèche linge sont préconisés, ce n’est évidemment pas le cas pour les masques chirurgicaux. 

Où trouver des masques ?

Dans les deux pays, au début de la crise, la pharmacie a été longtemps la seule solution fiable. Si ont était diagnostiqué malade, il fallait aller dans les officines avec une ordonnance.

Sur internet, au début de la crise, l’explosion de la demande a donné lieu à une flambée  spéculative et frauduleuse. Des dizaines de sites plus ou moins frauduleux ont été créés pour l’occasion. S’y sont mélangées allègrement les normes et les matières. Les fautes d’orthographe elles, sont toujours comprises dans le prix…

Au début du mois de mai, en Suisse, l’offre de masques par internet s’est sécurisée comme nous l’avons détaillé au début de l’article. 

Au passage, signalons une moindre pénurie pour le gel. Des pharmaciens en produisent artisanalement, c’est assez simple quand on trouve les ingrédients. Même le géant du luxe LVMH s’y attelle lui aussi et fournit gratuitement des hôpitaux!

Des 2 côtés de la frontière, les masques disponibles sont toujours prioritairement réservés aux personnels de santé et de sécurité. Néanmoins, des initiatives privées, des grands distributeurs et les stocks de l’armée (en Suisse) commencent à doter la population en masques de protection. On constate que les masques sont bien plus présents dans les rues qu’il y a quelques semaines. Les responsables politiques ont annoncé en avril que des centaines de millions de masques étaient en chemin. Ils commencent à être disponibles en mai. 

Quels modèles de masques pour le particulier?

En France ou en Suisse, les autorités sanitaires conseillent les mêmes types de masques:

Le masque chirurgical (norme NF EN 14683, durée d’utilisation de 3 heures), est malgré tout recommandé, faute de mieux, aux patients qui présentent des symptômes. Ce masque “anti-projection” piège les gouttelettes de salive d’un malade et limite la propagation du virus. Mais il ne protège pas une personne saine de toute contamination, et peut laisser passer de l’air mal filtré.

Le masque filtrant (durée d’utilisation 8 heures) est bien un masque qui filtre l’air. Il est classé en 3 catégories selon le niveau de filtration : FFP1, FFP2 et FFP3. Le masque filtrant de niveau 2, FFP2, est le minimum  recommandé contre le coronavirus. Le personnel soignant, ainsi que les proches de patients contaminés doivent les porter. Ce sont ceux qui offrent la meilleure protection contre les agents infectieux.

Le masque anti-pollution protège des particules fines dégagées par les pots d’échappement est totalement inutile en cas d’épidémie.

Les masques types N95  bien adapté aux travaux de peinture et de bricolage, ont une apparence de protection sérieuse et professionnelle. Ils sont hélas inefficaces dans le rôle de protection anti-virale.

 

manque masques coronavirus
Avec le manque de masques : les modèles “exotiques”

 

 Les modèles “exotiques”, à défaut de masques, le frontalier a pu décider de débrouiller lui-même, de bricoler. Certains ajoutent aussi des visières contre la projection de salive. Ils font du “tuning” de protection et échangent leurs avis avec des “tutos” qui fleurissent sur le web. Les uns préconisent le coton (qui pourtant absorbe l’humidité), les autres n’envisagent que le synthétique, voire la polaire! Ils sont convaincus que c’est mieux que rien. Sérieusement, ce D.I.Y (“Do It Yourself”) a été totalement déconseillé de part et d’autre de la frontière


Là aussi, on assiste à un virage à 360°! Le port d’un masque maison serait maintenant préférable à un visage découvert. Initié par le Le chef du service médical des armées U.S Jerome Adams, ce discours est maintenant de plus en plus relayé par les responsables politiques et de santé.
Partout fleurissent conseils et tuto pour vous permettre de confectionner vos propres masques. Pour une meilleure sécurité, AFNOR avait créé un tuto officiel très complet. Il n’est plus disponible. Le début du document était technique et destiné aux entreprises qui allaient industrialiser la fabrication de masques de protection. Les explications pratiques pour fabriquer son masque étaient à la fin. Elles étaient claires et simples.

 

And the winner is ?

Avec  les dragons asiatiques: Taïwan, la Corée du sud, Singapour et les territoires chinois de Hong-Kong et Macao l’efficacité est au rendez vous. Les mesures radicales ont été prises au plus tôt. Ces pays et territoires ont su anticiper la croissance exponentielle du virus, mobiliser les moyens nécessaires et imposer des mesures très fortes, à la limite de la coercition. Le résultat est bien là, l’épidémie du 2019-nCov est ralentie. Et parmi les mesures de la Corée du Sud, il y a la distribution d’un masque par habitant par jour

Le port du masque généralisé, le dépistage généralisé dès le début de la crise et le traçage semblent bien avoir été, des facteurs déterminants qui ont permis à l’Asie de gérer cette crise dans de meilleures conditions que de nombreux pays d’Europe.

Que le masque revienne vite!

État d’urgence ou stade 3, la vie quotidienne s’est compliquée pour les frontaliers. Ceux qui ne bénéficient pas du télétravail sont en première ligne avec un risque de contact avec le virus. Ceux qui ne travaillent pas dans le secteur médical, ont longtemps communiqué avec la clientèle sans masque! La phase de déconfinement va augmenter les contacts. L’arrivée des masques d’hygiène en est d’autant plus cruciale.

Espérons que les mesures prises par les autorités pour la fabrication de masques en très grande quantité, portent très vite leurs fruits. En France, en plus des fabricants habituels débordés, des entreprises privées réorientent leurs moyens de production pour fournir des millions de pièces. Rien que pour le personnel soignant il en faudrait 30 à 40 millions par mois.  En France, l’Armée puise maintenant dans ses stocks et livre ses masques chirurgicaux aux hôpitaux. En Suisse, l’Armée utilise ses stocks pour livrer la population par les grands distributeurs.

Avec de la réussite et du temps, le symbole “Masque = Malade” se transformera alors en “Masque = Prévention”. Ce sera tout de même plus rassurant.

Mais il a fallu attendre la deuxième semaine de mai pour que la distribution élargie de masques ne pointe à l’horizon français. Nous voyons maintenant davantage de masques en ville. S’en procurer n’est toujours pas facile. Attendons encore un peu avant de pouvoir affirmer “The Mask is back!”

Pour beaucoup d’entre nous, le masque est devenu le symbole fort et emblématique de cette pandémie. Son absence reflète des lacunes et surtout un retard dans la gestion de la crise par bon nombre de décideurs. Les bonnes pratiques des premiers pays touchés en Asie n’ont pas toujours été prises en compte. Gageons qu’après le passage du Mask, on aura retenu quelques leçons…

Notre dossier: le frontalier et la crise du Coronavirus:

Covid-19: chômage partiel et RHT

Taux change euro/franc suisse à l’heure du Covid-19

J’ai fait le test de dépistage du COVID-19

Coronavirus, Super Frontalier et double peine

Coronavirus – aller travailler en Suisse

Coronavirus; le déconfinement frontalier

Commentaires

  1. Hibou says:

    Très intéressant et informatif article. Je ne me prononce pas sur le cas de la Suisse mais sur le cas de la France cette affaire me met hors de moi par tant de négligence, de non prevoyance, et de non connaissance des règles les plus élémentaires de l’économie…
    Ou sont passés les stocks de FFP2 en particulier à part à la poubelle et non recommandé: il y en avait 720 millions en France en février 2009


    Bref tout est dit dans ce titre:

  2. Nous avons ajouté trois paragraphes à l’article :

    • En mai, quels masques disponibles en France?
    • En mai, où trouver des masques en Suisse?
    • En mai, 6 sites pour trouver des masques en Suisse

    Comment trouver des masques en Suisse ou en France ?
    Nous avons testé la commande et la livraison!
    Bonne lecture

  3. Jean says:

    Doitgarden a 3.90 les 50 masques…je penses qu’il y a une erreur de frappe car il est à 39.90 ce jour.
    Sur internet j’ai commandé chez microspot avec livraison speed sur Bâle donc commandé le matin à 10 heures , livré le jour même par coursier à 19h.

    Sur Saint Louis la grande pharmacie rue de Bâle pour ne pas la nommer en a reçu mardi après-midi (ils m’ont dit 50000) et mise en ventes de suite bien sûre au prix de 0,95 pièce par boîte de 50 (édit : 0,95 le masque donc 47,50 la boîte) . Ils doivent encore en recevoir la semaine du 11.
    J’ai fait la réservation sur Intermarché dès le 4 mai et j’ai pu aller les récupérer le 7.(édit la boîte 29,54)

  4. 20 lavages max pour moi

  5. Alex says:

    Faites gaffe quand même ! A l’entrée du bureau de poste j’ai vu une affiche :

    Pour votre sécurité, interdiction de pénétrer avec le visage dissimulé !

    :heart_eyes: