Guide 2017 des salaires du Frontalier

Guide 2017 des salaires du Frontalier

- dans Salaires
Leave a reply
Guide 2017 des salaires

Si il est bien un sujet central dans la vie du Frontalier et qui justifie tous ses efforts, c’est bien celui du salaire.

Travailler en Suisse, c’est parfois sacrifier une partie de sa vie d’avant (sa vie de famille, son temps libre, ses amis etc).
Comme le dit l’expression populaire, le jeu en vaut-il la chandelle ?

Vous êtes nombreux à vous poser des questions, en particulier les nouveaux ou futurs Frontaliers.
Les différences entre la France et la Suisse sont légions et parfois déroutantes ! Petit tour d’horizon.

Il n’existe pas de salaire minimum en Suisse

Tous les français connaissent le SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) qui existe en France depuis 1950. Ce salaire minimum est indexé sur l’inflation mais pas sur la croissance économique.

Pouvoir d'achat

Aujourd’hui, environ 11% des salariés français sont payés au SMIC. Son instauration devait éliminer les trappes à pauvreté…

Au 1er janvier 2017, il s’élève à 1 153 € nets de cotisations sociales. Force est de constater qu’il ne permet plus de vivre de manière digne dans la France de 2017.

 

 

En Suisse, il n’existe pas de salaire minimum. Il peut cependant exister des salaires minimaux dans certaines branches d’activité comme dans la construction et l’hôtellerie. Ils sont alors fixés dans le cadre de négociations entre partenaires sociaux par des CCT (Conventions Collectives de Travail)

Le syndicat suisse UNIA met à disposition du Frontalier ou futur Frontalier un site «service-cct.ch» qui permet d’accéder à la convention du secteur d’activité de votre entreprise.

Lire la Convention Collective de votre secteur d’activité (si elle existe), avant de signer votre contrat de travail, est une nécessité si vous voulez comprendre où vous mettez les pieds.

Les Suisses semblent allergiques à l’idée d’un salaire minimum applicable à tous les secteurs (privé comme public) : ils ont plusieurs fois refusé des votations qui auraient permis son instauration.

Une structure des salaires différente

Selon l’Office Fédéral de la Statistique (OFS), secteur privé et public confondus, le salaire moyen suisse s’élève à 6 427CHF en 2014 (soit 5 950€ au taux de change actuel) pour un Equivalent Temps Plein à 40 heures de travail hebdomadaire.

A titre de comparaison, d’après l’INSEE,  le salaire mensuel français en 2014 pour un Equivalent Temps Plein d’une personne travaillant dans le secteur privé ou dans une entreprise publique est, en moyenne, de 2 957 euros bruts et de 2 225 euros nets des prélèvements à la source.

Notez que nous parlons de moyenne : les écarts de salaire (la dispersion) sont très importants et se sont considérablement accrus depuis les années 2000. La montée des populismes en Europe s’expliquent aussi (et surtout) pour cela. En quelques Mots, de quoi donner du grain à moudre à nos politiques !

Le niveau de rémunération en Suisse varie énormément suivant les secteurs d’activité, la qualification, le canton, et, malheureusement, si vous êtes un homme et une femme.

Egalité salariale hommes/femmes : le compte n’y est pas

Différence de salaireAinsi, d’après l’OFS, dans le secteur privé, les inégalités salariales entre femmes et hommes sont passées de 23,6% en moyenne en 2010 à 19,5% en 2014. Toujours  d’après l’organisme, environ 30% de cette différence est inexplicable.

 

 

 

Selon le Forum Economique Mondial, la Suisse se classe 11ième sur 144 pays dans le cadre de l’étude «Gender Gap Index 2016» qui classe les pays selon différents critères au niveau de l’égalité hommes/hommes. Le premier du classement est l’Islande et le dernier le Yémen. La France se classe 17ième … peut mieux faire.

 Des différences importantes suivant le secteur d’activité

Nous reprenons dans ce tableau les chiffres 2014 de l’OFS concernant les salaires bruts annuels moyens de quelques branches d’activité.

synthèse_salaire_2014

Les salaires les plus élevés sont ceux (sans surprise) du secteur bancaire et assurantiel, de certains métiers liés au Technologie de l’Information et de la Communication comme les développeurs. Pour ces derniers, vaut mieux se positionner sur une technologie de niche ou se spécialiser sur un ERP. Il existe de grandes disparités de salaire suivant les entreprises pour un même intitulé.

Comparativement, les secteurs dynamiques de la chimie et de la pharmacie, leaders à l’exportation, paient aussi très bien leurs salariés et ce quel que soit le niveau de qualification.

Travailleur

A contrario, les secteurs de la construction, de l’hôtellerie restauration et le commerce de détail proposent les salaires les plus bas.

 

 

 

Principale explication de cet écart entre la Suisse et la France : le niveau de vie

L’écart de salaire  provient d’un coût de la vie plus élevé  en Suisse : ce n’est pas la même chose d’acheter un jambon beurre à Guéret dans la Creuse qu’au bord du lac Léman…

Pour le logement, c’est la même chose que vous résidez en Suisse (si vous êtes résident) ou dans certaine zone frontalière (dans la cas d’un permis G) où les prix sont généralement comparables à ceux de Paris ou ceux de sa proche banlieue.

Pour se faire une idée (grossière) de cet écart de niveau de vie, considérons l’indice Big Mac : il permet de calculer le nombre d’unités monétaires nécessaire pour acheter la même « quantité de Big Mac » avec une unité monétaire de base (ici le dollar américain sert de référence) La zone Euro se situe à 0,77 contre 1,36 pour la Suisse….

Des charges salariales nettement moins élevées qu’en France

Les charges salariales sont significativement moins élevées en Suisse. Pour un salaire donné, vous aurez un salaire net (celui que vous touchez en bas de votre fiche de paie) plus élevé qu’en France.

En France, il vous suffit de déduire environ 23 %  le montant du salaire brut pour obtenir une estimation de votre salaire net. Il s’agit d’une approximation. Le chiffre exact de réduction applicable varie en fonction des entreprises.

En Suisse, les charges salariales sont généralement comprises entre 10 et 15% du salaire brut.

Nous mettons à votre disposition un Wiki «du salaire brut au salaire net» pour vous aider à comprendre et anticiper les différents prélèvements, en particulier le système des trois Piliers, colonne vertébrale de la Prévoyance (assurance vieillesse, invalidité…)

Notez bien que l’assurance maladie de base et complémentaire reste entièrement à votre charge : vous avez le choix entre rester au régime obligatoire français (on parle de CMU frontalier) ou adhérer au régime suisse. Ce choix (on parle de droit d’option) est obligatoire et fondamental. Le site Helvicare vous explique en détail comment bien vous assurer et les démarches à accomplir.

Estimer son salaire net

Pour estimer rapidement votre salaire net suisse, nous avons créé un calculateur : saisissez votre salaire brut annuel et votre âge pour avoir une estimation de votre salaire mensuel (lissé sur 12 mois).

Evaluer et comparer son salaire

Négociation

Des outils peuvent vous aider à évaluer si la proposition de salaire qui vous est adressée est pertinente ou si votre salaire actuel correspond à la réalité du marché de l’emploi. Vous pourrez ainsi mieux négocier.

 

 

 

Ils reposent tous sur l’enquête de l’OFS menée en 2014 concernant 1,7 million de salaires versés dans 35 000 entreprises. Considérez ces données comme fiables étant donné la faible inflation salariale depuis 2014.

On peut citer :

  • le calculateur Salarium de l’OFS. Il permet de calculer le salaire mensuel brut pour un poste de travail spécifique (canton, secteur d’activité) et pour des caractéristiques individuelles (âge, formation, années de service ou d’expérience)
  • le calculateur de salaire de l’Union Syndicale Suisse. Il calcule le salaire usuel des personnes qui ont les mêmes activités et les mêmes qualifications que vous dans toute la Suisse.
  • d’autres calculateurs sont spécifiques à un canton : Vaud, Fribourg, Neuchâtel, Genève.

Et vous, estimez-vous votre salaire satisfaisant ? Est-il à la hauteur des efforts que vous déployez ?