L’ “Arbre à Vent” de Genève

L’ “Arbre à Vent” de Genève

- dans Culture
0
20160129_200752

Fin janvier 2016, le premier “Arbre à Vent” en Suisse a été inauguré par la Banque Piguet Galland.

Installé devant le siège de Champel, il capte les plus légers courants d’air et les transforme en électricité.
On connait les initiatives des banques privées dans le domaine de l’art, et dernièrement dans le domaine du développement durable avec une orientation “nouvelles technos”. Cette initiative c’est tout cela à la fois.

Elle nous a bien sûr plu parce que sa réalisation est collaborative avec designers, ingénieurs, hommes de lettres et financiers. Elle nous a également plu parce qu’elle est internationale avec des premières implantations en région parisienne, en Allemagne et maintenant à Genève.

Un engagement de proximité

On est surtout séduit parce que cette “micro source” d’énergie est un outil de plus (comme le photovoltaïque) à la main des PME et des particuliers pour contribuer concrètement au sujet énergétique.

La réduction de taille de la centrale de production ramène le choix énergétique au niveau de l’entreprise, des petites collectivités. Elle permet un engagement de proximité. L’enjeu énergétique, qui était avant abordé par le côté négatif de la réduction de la consommation, est abordé du côté positif de la production, avec un fort catalyseur poétique.

L’énergie poétique

Ici, la dimension artistique s’ajoute à la solution technique; elle permet de s’engager et de l’afficher de bien belle manière dans la cité.
Le tout est structuré par un concept, le “biomimétisme”, qui, ici, tend à reproduire la manière dont les feuilles des arbres reçoivent le vent.

Et puis avouez que le slogan de son fabriquant ne manque pas d’allant :
“Ce qui était grand, NewWind l’a fait petit
Ce qui était laid, NewWind l’a rendu beau
Ce qui était unique, NewWind l’a multiplié …”

La responsabilité individuelle

La responsabilité individuelle, la prévoyance et le projet de vie sont des thèmes que l’on retrouve souvent dans la communication des banques privées. Lors de l’inauguration, cela a été fait avec finesse : le CEO de la Banque Piguet Galland a cité, que pour être comblé, il faut aussi avoir planté son arbre.

Avec un coût actuel d’au moins 30’000 CHF, l’ “Arbre à Vent” ne va pas pousser dans tous les jardins des particuliers. On n’a pas besoin qu’il soit partout pour y voir le signe que la responsabilité énergétique devient concrète, qu’elle se rapproche de nous.

Nos vœux 2016 résonnent entre les feuilles

Lors de nos vœux 2016 nous nous étions engagés à rechercher des innovations concrètes qui facilitent notre vie. L’ “Arbre à Vent” nous a rappelé qu’être comblé c’est aussi avoir confiance dans sa capacité à anticiper et à s’engager en cohérence avec ses convictions, chacun selon son style. Merci à l’ “Arbre à Vent” de diffuser ce message positif et bon vent !

Voir le reportage RTS sur l’ “Arbre à Vent”.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *