Taux des prêts en devise, novembre 2013

Taux des prêts en devise, novembre 2013

- dans Prêts immo
8
maison-hiver

Après une rentrée calme, les taux d’intérêts des prêts en devise remontent légèrement.

On note de grandes disparités selon les établissements entre les taux et les coûts annexes (garantie, change, frais, assurances…). Ainsi, le “meilleur taux” n’est pas toujours synonyme de “crédit le moins cher”.

Dans l’ensemble, même si l’on s’est éloigné des taux records de mai 2013 les conditions de financement restent excellentes.

Les conditions de financement de prêt en devise

Une offre peu lisible

La banque la mieux placée sur 15 ans, n’est pas forcément celle qui proposera le meilleur taux sur 20.
D’un mois sur l’autre, une banque peut afficher une hausse comme une baisse de 0,20%.

En bref, l’offre bancaire très disparate n’est pas très “lisible” en cette fin d’année 2013.

Les taux sont révisés d’un mois sur l’autre, voire d’une quinzaine à l’autre.
Si une offre vous convient, seul l’analyse d’un dossier complet avec compromis ou réservation signé vous permettra de bloquer un taux. Votre dossier doit donc être posé en banque avant la fin du mois, pensez-y !

Des taux en dent de scie

Si auparavant on notait une hausse logique et continue selon la durée du prêt (par exemple 2,20% sur 15 ans, 2,40% sur 20 et 2,60% sur 25), aujourd’hui ce n’est plus forcément valable.

Si votre budget vous laisse une marge de manœuvre, n’hésitez pas à faire des calculs sur des durées intermédiaires, il y a parfois de bons coups à faire !

De moins en moins de prêts relais

Les conditions d’acceptation restent sévères.
Les personnes qui revendent leur maison pour acheter en feront notamment les frais. Le financement au moyen d’un “prêt relais” devient de plus en plus compliqué à mettre en place.

Des dossiers “solides” avant tout

On notera une différence de taux très marquée entre un “excellent dossier” (apport de 20 à 30% du projet minimum, gros revenus) et un dossier standard.
Les banques se recentrent sur les dossiers les moins risqués : plus l’épargne que vous consacrez à votre projet est importante, meilleures seront les conditions de financement.

Autant de bonnes raison de consulter un spécialiste du prêt en devise qui pourra vous fournir un tour d’horizon

Les taux en devise de novembre 2013 (région de Genève)

Taux fixe en devise

 15 ANS20 ANS25 ANS
Meilleur taux2,20%2,40%2,60%
Taux moyen2,50%2,80%3,20%
Des conditions très instables et une tendance à la hausse

Taux révisable capé +1 en devise

 15 ANS20 ANS25 ANS
Meilleur taux1,75%1,80%1,85%
Taux moyen2,20%2,30%2,40%
Compte tenu des taux fixes, les taux capés restent peu demandés

Taux révisable capé +2 en devise

Ce mois-ci les taux capés +2 sont moins intéressants que les taux capés 1 !

Taux variable pur (taux libor)

Le LIBOR CHF 3 mois reste stable, à 0,02%, du coup les taux révisables purs ne se justifient que pour des durées très courtes.

La marge est très importante limitant l’intérêt de ce type de taux (à partir de 1,70% + LIBOR).

Autres régions frontalières

On note une hausse similaire et des conditions à peu près équivalentes. Les meilleurs dossiers pourront même trouver des taux encore plus bas.
La tendance est au taux fixe, car les conditions de refinancement des banques renchérissent.

N’hésitez pas à contacter notre partenaire indépendant, spécialiste du crédit immobilier frontalier pour toute question, le service est gratuit !

8 Comments

  1. Bonjour,

    Est-ce que les banques acceptent de prêter en devises pour de l’investissement locatif ?
    Mon projet : Acquisition d’un F2 pour 165 000 euros tout compris, apport de 50 000 €.
    Je souhaite un prêt sur 15 ans. On m’a dit que les banques ne prêtaient qu’en euros sur ce type de projet. Avec un bon dossier comme le mien, ne puis-je pas espérer un bon prêt devises ?

    1. Ces investissements sont étudiés au cas par cas par les banques. Selon l’apport, le lieu d’investissement et votre lieu de résidence actuel les banques proposent des offres différentes.

      Je transmet votre e-mail à notre partenaire, il pourra vous donner une vision plus pratique du marché, et éventuellement vous faire une offre de financement en devise comme vous le souhaitez.

  2. Bonjour Monsieur,

    Savez-vous si les prêts à taux zéro vont être reconduits en 2014 ?

    Quelles banques conseillez-vous pour un prêt en devise actuellement ?

    1. Bonjour, n’ayant aucune communication sur le sujet, nous supposons que le dispositif PTZ+ est reconduit en 2014.
      Peu de banques proposent prêt en devise et PTZ, et les conditions varient grandement selon votre projet…

      Enfin, sachez que pour déposer un dossier avec PTZ il faudra maintenant attendre le début de 2014 car vu les temps de traitement, les banques n’acceptent plus de mettre en place ce type de dossier pour 2013 (le prêt devant être “bouclé” avant le 31/12).

        1. Pour compléter la réponse précédente et puisque nous avons reçu les infos entre temps : aucune modification (si ce n’est que le RFR pris pour référence sera maintenant celui de 2012).
          Toutes les modifs envisagées ont été reportées. Le PTZ+ reste donc tel qu’en 2013.

  3. Bonjour,

    Avez-vous des chiffres en ce qui concerne les assurances de l’emprunt dans le détail
    Assurance maladie
    Assurance décès
    Assurance chômage ?
    Meilleures salutations

    1. L’assurance de prêt recouvre : décès, invalidité, arrêt de travail (ex. accident). elle est obligatoire pour chaque emprunteur a minima de son salaire (ex. 40% monsieur, 60% madame) et au maximum de 200%.
      Les banques souhaiteront généralement une couverture > à 100%.

      Le coût de l’assurance est indexé sur votre âge, votre situation, et bien sûr sur le montant couvert et la quotité choisie.
      En général, pour une estimation rapide d’un coût d’assurance, pour une personne de moins de 35 ans, on peut prendre une quotité d’assurance de 0,30% pour base de calcul.

      Attention, contrairement au taux de crédit, le taux d’assurance est calculé sur capital initial, il ne peut donc pas s’additionner au taux du crédit !

      L’assurance sera celle de la banque, ou parfois (rare dans le cas d’un prêt en devise) une assurance négociée à l’extérieur (délégation d’assurance).

      L’assurance chômage n’est pas obligatoire, et généralement chère; pourtant certains établissements la demandent obligatoirement, en contrepartie ils la proposent à un tarif très intéressant.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *