Quelles sont les lignes les plus efficaces pour vos trajets transfontaliers ?

Quelles sont les lignes les plus efficaces pour vos trajets transfontaliers ?

- dans Mobilité
4
Quelles sont les lignes les plus efficaces pour se rendre quotidiennement en Suisse ?
Quelles sont les lignes les plus efficaces pour se rendre quotidiennement en Suisse ?

65’000 Français se rendent chaque jour à Genève pour y travailler et selon certaines estimations, ils seraient entre 20’000 et 30’000 Suisses ou binationaux exilés de l’autre côté de la frontière. S’ils n’apparaissent pas en tant que frontaliers dans les statistiques, ils viennent néanmoins gonfler le flot de ces migrants du quotidien.

Comment traverser la frontière chaque jour pour aller travailler ?

Voilà une question que tout nouveau frontalier se pose : en voiture, en train, en bateau, en co-voiturant ? Les solutions sont nombreuses et nous vous en proposons quelques-unes, ci-dessous que vous vous rendiez sur Genève, dans le canton de Vaud ou dans le Jura.

Les différents moyens de transport mis à votre disposition

Les transports ferroviaires

  • Trains Evian-Thonon-Genève : SNCF
  • Trains Saint-Gervais-La-Roche-Genève : SNCF
  • Trains Annecy-Genève : SNCF
  • Trains Bellegarde-La Plaine-Satigny-Genève : SNCF/CFF
  • Trains Morteau-Le Locle – La Chaux de Fonds : SNCF – Abonnement INTERVAL, se renseigner en gare de Morteau.
  • Trains Pontarlier-Neuchâtel : SNCF – Abonnement TRANSVAL, se renseigner en gare de Pontarlier.
  • Trains Pontarlier – Val-de-Travers (Neuchâtel) et Pontarlier – Frasne – Vallorbe (Vallée de Joux/Lausanne).
  • Train Delle-Delemont-Bienne : CFF. Les titres de transport suisses sont valables jusqu’à Delle. Depuis fin 2007, la fréquence des trains au départ de Delle a été augmentée avec un départ par heure et ce 7 jours sur 7. A Delle, les trains sont en correspondance avec le réseau de bus de Belfort “Optymo”.
  • Trains La-Cure-Saint Cergue-Nyon : NSTC

Le CEVA : un nouveau projet de connexion ferroviaire entre la France et la Suisse est en train de se mettre en place.
Acronyme de « Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse », le CEVA reliera les territoires du canton de Genève (Suisse) et de la Haute-Savoie (France ) et il permettra de faire circuler un réseau express régional.

Les Trams et bus

  • Tram Moillesulaz-Genève-Carouge (Palettes) : TPG ligne 12
  • Tram CERN-Genève-Bernex : TPG ligne 14
  • Cars Annecy-Genève : Lihsa lignes T72 et T73 (Veolia – Annecy)
  • Cars Saint-Gingolf-Thonon-Genève : Lihsa Ligne T71 (SAT et Veolia)
  • Cars Thonon-Evian : Lihsa Ligne 131 (Veolia -en particulier, en correspondance avec les bateaux pour Ouchy- et SAT)
  • Cars Saint-Gervais-Bonneville-Genève : Lihsa Ligne T74 (RATP)
  • Bus Gex-Ferney-Voltaire-Genève : TPG ligne F
  • Bus Veigy-Genève : TPG ligne G
  • Bus Valleiry-Saint-Julien-Genève : TPG ligne D
  • Bus Saint-Genis-Genève : TPG ligne Y
  • Bus Ferney-Meyrin : TPG ligne O
  • Bus Genevois proches de la frontière : TPG lignes E, T, Z, 8, K, 44, W, X

Les transports lacustres

  • Bateaux Lausanne-Evian : transporteur CGN, du lundi au dimanche.
  • Bateaux Nyon-Chens sur Leman – Tougues : transporteur CGN, du lundi au vendredi.
  • Bateaux Lausanne-Thonon : transporteur CGN, du lundi au dimanche.
  • Bateaux Nyon-Yvoire : transporteur CGN, du lundi au dimanche.

Ainsi avec la CGN vous pourrez relier Thonon-les-bains à Lausanne en 40 min avec un nombre de 28 traversées par jour. Vous arriverez à ouchy où la ligne de métro se trouve et aisément rejoindre votre lieu de travail. Avec un abonnement Inter mensuel vous profiterez du métro et du bateau de façon illimité pour 319 francs (env. 280€). Ce prix valant pour des trajets Lausanne/Evian ou Thonon/Lausanne.

Toutes ces facilités de transport ne doivent pas faire oublier une autre option de transport qui s’offre à vous : le covoiturage. Une solution conviviale et économique présentant de nombreux avantages. De nombreux sites existent mais le mieux étant de se renseigner auprès de vos collègues.

A noter que le covoiturage est favorisé par l’existence, notamment sur Lausanne et Genève, de parkings dits P+R, parcs-relais. De ceux-ci vous pourrez laisser votre véhicule et emprunter les transports en commun.
A titre d’exemple lorsque vous laissez votre automobile au P+R d’ouchy, vous y bénéficierez d’un ticket de parking mais aussi d’un bon de transport journalier pour les transports publics pour la somme de 7 CHF.

Sur Genève ces parcs-relais sont situés au parking de sous-moulin, palexpo et Genève plage.

Les nouveautés pour améliorer votre quotidien

Amélioration des liaisons lacustres transfontalières

Fin août 2013, les autorités vaudoises et françaises présentes se sont accordées à travailler ensemble afin d’améliorer les liaisons lacustres transfrontalières. Un groupe de travail technique franco-suisse a été mis en place afin d’améliorer ces liaisons lacustres.

Ce dernier doit travailler sur un inventaire des besoins des usagers, un inventaire des investissements nécessaires en matière de transports incluant toute la chaîne de mobilité (bateaux, P+R …). Un modèle de financement de l’offre de services de transports lacustres de voyageurs sera également au centre des réflexions ainsi que les modalités juridiques et de gouvernance.
Il a enfin été convenu que les autorités vaudoises et françaises se retrouveront début 2014 à Lausanne pour discuter des conclusions du groupe de travail.

GCN

Quelques jours après avoir créé un groupe de travail franco-suisse dédié à l’avenir des liaisons sur le Léman, le Conseil général de Haute-Savoie marque à nouveau son intérêt pour la CGN (Compagnie générale de navigation), qui, selon l’assemblée haut-savoyarde « contribue incontestablement à l’essor touristique et économique durable du département ».
Le Conseil général a en effet signé ce mercredi 27 août une convention de financement avec la compagnie de navigation suisse portant sa contribution pour 2013 à 450 000 euros, soit 30 000 euros de plus que prévu lors de l’établissement du budget primitif.

A noter que depuis le 3 septembre, le Conseil général de la Haute-Savoie, en collaboration avec la Communauté de Communes du Bas Chablais, a mis en place une nouvelle navette autocar en renfort de la ligne existante reliant Évian à Douvaine.
Celle-ci permet de desservir le débarcadère de Tougues à Chens-sur-Léman, et d’assurer les correspondances avec les navettes lacustres, assurées par une vedette de 64 places assises (200 places au total) de la ligne N4 de la Compagnie Générale de Navigation (CGN) à destination de Nyon. La traversée s’effectuant en une vingtaine de minutes.

Cet effort du Département en faveur de la liaison Chens-sur-Léman/Nyon intervient alors qu’aucune solution n’est encore avancée concernant la liaison par Navibus Thonon/Lausanne, supprimée en juin dernier, victime de son succès.

La CGN a en effet décidé d’augmenter les capacités de transport sur cette ligne, dont la fréquentation côté français a augmenté de 30 % en un an sur les horaires matinaux. Des navires de plus grande capacité, mais plus lents (50 minutes de traversée contre 27 auparavant) remplacent désormais les Navibus, au grand dam des pendulaires.

Le CEVA, la réalisation du chaînon manquant entre Genève et la Haute-Savoie

Grâce à la nouvelle ligne ferroviaire CEVA (Genève Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse), un véritable Réseau Express Régional Franco-Valdo-Genevois pourra voir le jour et répondre ainsi pleinement aux attentes des habitants et des entreprises d’une région en pleine expansion.

D’une longueur d’environ 16 kilomètres, à double voies, en grande partie en tunnel et en tranchée couverte, la nouvelle ligne ferroviaire CEVA reliera le centre de Genève à Annemasse.

CEVA

Les différents tronçons de la ligne :

  • Genève-Cornavin – Carouge-Bachet (5,4 km) : adaptation des voies existantes
  • Carouge-Bachet – Genève-Eaux-Vives (4,8 km) : ligne nouvelle à construire en deux sections de tunnels et un pont pour la traversée de l’Arve (pont fermé d’environ 100m)
  • Genève-Eaux-Vives – frontière franco-suisse (4 km) : voie existante à transformer en tranchée couverte et à doubler
  • Frontière franco-suisse – Annemasse (1,9 km): voie existante à doubler et aménagements en gare d’Annemasse

Ce projet permettra un une amélioration du temps de transport grâce à la multiplication des liaisons directes possibles, des correspondances optimisées sur l’ensemble des nœuds ferroviaires (Cornavin, Coppet, Bellegarde, Annemasse, La Roche-sur-Foron), des fréquences accrues ainsi qu’une excellente irrigation du cœur de l’agglomération, la conception du futur RER vise à satisfaire les quatre fonctionnalités suivantes :

Des liaisons entre le centre de Genève et l’ensemble du bassin pour le trafic frontalier de Vaud et de France voisine avec desserte fine de Genève.

Thonon-Lancy Pont Rouge : 48 minutes
Versoix-Champel Hôpital : 27 minutes

Des liaisons urbaines de type métro pour les déplacements au sein du cœur de l’agglomération.

Cornavin-Annemasse : 20 minutes
Carouge-Bachet-Chêne-Bourg : 9 minutes

Des liaisons accélérées d’un centre à l’autre. Entre Lausanne-La Côte et Genève-Annemasse, une offre interrégionale pour des déplacements rapides.

Nyon-Annemasse : 38 minutes
Renens VD – Genève-Eaux-Vives : 60 minutes

Des liaisons interconnectés avec les réseaux nationaux et internationaux. Grâce aux systèmes de correspondances et à la coordination des horaires, une intégration optimale dans les réseaux nationaux et internationaux franco-suisses (TGV, TER, Grandes lignes CFF et SNCF) pour les relations vers Paris, Lyon, Chambéry, Valence, Lausanne, Valais, Berne sans oublier l’Aéroport International de Genève.

Evian-Genève Aéroport : 1h17
Annemasse-Berne : 2h07

Des améliorations concernant les P+R

Le 29 août 2013 le grand conseil genevois a accepté de financer pour moitié cinq parcs relais de 1000 places qui seront installés en France mais près de la frontière.

parc-relais

 

Les P+R se situent à Annemasse, à Saint-Julien, à Veigy et à Valleiry. Cette aide financière genevoise est la première d’une série de participations du Canton à des projets d’infrastructures d’intérêt transfrontalier situés de l’autre côté de la frontière. La somme totale a été estimée à 240 millions d’euros. Le Grand Conseil aura toutefois à se prononcer sur chaque projet.

Vous avez désormais toutes les informations à votre disposition pour améliorer vos transports journaliers. Il ne vous reste plus qu’à sortir votre calculette et de trouver le meilleur trajet !

4 Comments

  1. Et l’Alsace, ça ne fait pas partie de la France, tout comme la Suisse alémanique n’est pas la Suisse ? Pourtant la ligne de TER Mulhouse-Bâle fonctionne à pleins tubes, sans compter les bus transfrontaliers Saint-Louis-Bâle et le tram bâlois dont le terminus est juste à côté de la frontière !

    1. Bonjour Vincent. Bien sûr cela fait partie de la Suisse, excusez notre “centralisme Genevois” mais nous sommes tous de la région.

      Nous allons nous pencher plus avant sur les frontaliers de la région de Bâle dans les semaines et les mois qui viennent, nous sommes sur le sujet, alors restez connecté, nous aborderons toutes ces questions très rapidement !

    2. Très bien dit. En aucun cas j’irai travaillé sur Genève. Déjà que nous devrions vendre le canton de Genève à la France. Cà nous ferait moins d’assistés. :)

  2. Scooter: 2 pleins par mois à 15 CHF pour un trajet de 30 mn pour aller travailler
    Voiture + P+R: 1 abonnement de 150 CHF par mois + essence de la voiture pour aller au P+R et 1h15 de trajet en tout quand ça va bien…

    C’est vite vu

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *