Où va le marché du travail en Suisse ?

Où va le marché du travail en Suisse ?

- dans Marché de l'emploi
0
Innover et travailler en Suisse

On entend des réponses contradictoires et de vieilles rengaines.

Au salarié d’interpréter ces signaux pour se placer sur les activités d’avenir.

Voici des pistes pour suivre les besoins de travail en Suisse.

 

 

 

Des signaux rassurants

Emplois créés  : En juillet 2012 l’économiste B. Kappeler liste les embauches prévues,  400 chez Nestlé à Romont, 400 chez Cartier aux Brenets, plusieurs centaines chez Huawei à Zurich, Novartis investit 500 millions de francs à Stein en Argovie et 10  000 collaborateurs à Bâle d’ici à 2030.

Selon l’Office fédéral de la statistique (OFS), le nombre d’actifs occupés en Suisse a augmenté de 2% au premier trimestre 2012 par rapport à la même période de l’an passé.

Besoin d’informaticiens : Selon ICT-Formation professionnelle de Zurich,  l’économie informatique en Suisse pèse environ 28,3 milliards de francs, comme le secteur de la construction. Elle manquera 25’000 spécialistes d’ici 2020.

Effets limités du franc fort : L’effet sur l’emploi Suisse du taux de change Euro / franc Suisse à 1,20 serait limité par l’inflation en zone Euro et la baisse des prix des importations.

Comme l’association Employé Suisse a identifié 5 000 emplois supprimés au 1er semestre 2012 (hors banques) et que la statistique de l’emploi (Statem) estime que le chômage s’est réduit de 3,4% à 2,7%, il n’y aurait pas de réduction du nombre de postes de travail mais plutôt des ré-embauches dans des entreprises différentes.

Des faits négatifs

Une multinationale part, 1 250 postes de travail disparaissent d’un coup chez Merck Serono à Genève. C’est le plus gros licenciement collectif de l’histoire du canton alors que 25% du PIB cantonal proviendrait des multinationales.

Le secteur de la finance se réduit. Avec la fin du secret bancaire, on a parle de 20 000 places de travail qui vont disparaitre. Pour le banquier privé Pictet, la part du secteur dans le PIB va se réduire de moitié, de 12% à 6%.

Des messages décalés

La communication des milieux économiques semble encore être du lobbying qui n’aurait pas pris la mesure des bouleversements en cours.

Le Boston Consulting Group répète les recettes traditionnelles pour attirer les multinationales, il s’agirait de réduire la “créativité” fiscale et l’intervention règlementaire.

Des Fonds d’investissements arrivés de Londres à Genève se plaignent du manque de réactivité des autorités fiscales cantonales lors du montage de produits.
Des acteurs du négoce de matières premières, veulent  limiter l’effet des changements du statut fiscal des sociétés de domicile.
Pour répondre aux mutations actuelles, il faudrait ajuster les certitudes passées …

Des messages pleins de certitudes …

Des affirmations qui restent vagues escamotent que l’économie Suisse a changé, que sa force n’est plus dans les pratiques ni les activités d’avant.

Prenons l’apprentissage.  L’apprentissage est une des réussites Suisses dans le domaine de l’industrie et dans des activités de service à la personne.

Les besoins de l’informatique Suisse ont changé depuis les années 80.
Ils ne seront pas couverts par des employés formés sur le tas en charge de taches de codage élémentaire et d’exploitation.

Dans ces secteurs, il y aura de plus en plus de solutions automatismés ou à bas coût. L’ICT – Formation professionnelle apparait donc décalée avec la réalité du marché du travail lorsqu’elle propose de contraindre les entreprises à faire appel à l’apprentissage pour couvrir leurs besoins informatiques futurs.

La Suisse a besoin d’ingénieurs informatiques au lourd bagage théorique et technique, capables de contribuer au processus de création de la Suisse innovante. La Suisse n’en produit pas assez, elle continuera à les chercher au delà des frontières.

Prenons l‘expertise du personnel bancaire.  C’est évident que la Suisse est la référence en matière de Banque Privée. Les Banques de référence sont Suisses.

Leurs “Front offices” sont de premier ordre pour gérer une clientèle protégée par le secret bancaire.
C’est d’ailleurs cela que la concurrence anglo-saxonne attaque, sous couvert de lutte contre le secret bancaire.

Mais ne nous trompons pas, ce n’est pas l’expertise des back-offices ni celle du traitement de la clientèle fiscalisée qui ont fait la renommée de la place financière Suisse.

Prenons l’utopie du “ruissellement”, et son application aux installations de multinationales en confédération. Ce serait de la richesse partagée pour la communauté et justifierait les cadeaux fiscaux.

C’était vrai pendant la crise horlogère de la fin des années 70 dans des régions enclavées, cela reste à prouver aujourd’hui quand on prend en compte les effets de ces installation sur les infrastructures, le logement.

Les idées “toutes faites” sur les points forts de l’économie Suisse vont être remises en question.

C’est ce que fait Sandrine Salerno, conseillère administrative à Genève, qui calcule l’allègement d’impôt par emploi créé par les multinationales installées à Genève.
Il s’élèverait à 233 000 francs ! (Depuis 1998, 5311 emplois créés ou maintenus grâce aux multinationales attirées à Genève par 1,24 milliard de francs d’allègement d’impôts).

Les politiques vont prendre position

Les sujets ne manquent pas aux représentants politiques pour se faire entendre :

Avec la fin de l‘activité bancaire protégée par le secret bancaire, il est prévu que la Suisse perde 6% de son PIB.
La multinationale minière brésilienne Vale va au tribunal fédéral contre le passage de ses avantages fiscaux de 80% à 60% comme décidé par le tribunal cantonal vaudois le 6 juin 2012.

On va donc voir la démocratie Suisse à l’oeuvre.
Les représentants politiques, le milieu des affaires vont se positionner et le peuple va trancher. Les salariés qui sont à la fois acteurs et électeurs décideront avec l’objectif de préserver leurs intérêts.

Les salariés acteurs

On peut prévoir que des travailleurs vont ajuster leur stratégie, passer d’une recherche des “bonnes places de travail” à une stratégie d’acquisition et de valorisation de compétences. Quand les secteurs traditionnels ne fournissent plus d’emplois sûrs (multinationales,  banques …), c’est davantage la compétence individuelle qui assure l’avenir.

La jeunesse étudiante n’a pas à compter sur la prospérité passée. Les places subalternes bien payés seront maintenant rares.

Tout l’effort de cette tranche d’âge devra se porter sur la formation. Ceux qui n’apprécient pas les études académiques choisiront alors l’apprentissage en ciblant l’ industrie de pointe (horlogerie, medtech, biotech, machine outil) plutôt que les services à faible valeur ajoutée (employés de bureau, service aux entreprises).

Des demandeurs d’emploi vont ajuster leurs critères de choix. La taille de l’entreprise est un critère a nuancer.

En effet, on a vu que pour une multinationale, a moins de faire de grossières erreurs de communication, licencier 1 000 employés ce n’est pas difficile.
Au chercheur d’emploi de se fier davantage à l’activité de l’entreprise, à sa capacité d’innovation et à la santé économique de son secteur. Les entreprises étudient les CV des candidats, aux candidats d’étudier l’entreprise, ses résultats, sa stratégie avant de la contacter.

Des employés auront à se préparer à une mobilité éventuelle vers un autre secteur économique car la flexibilité du travail est une force de l’économie Suisse.

Pour cela, avant de changer, il faut tenir son  “train de vie”  sous contrôle, réduire ses dettes  de confort (leasing, crédit consommation … ). Il est primordial d’actualiser son bilan de compétences et d’identifier où celles-ci sont demandées. La chance de travailler en Suisse ce n’est pas de travailler dans ce qui a été ses “secteurs protégés” mais de travailler dans un pays innovant.

Les salariés électeurs  

Il a été remarqué lors des grands bouleversements économiques de ces dernières décennies que les particuliers développent alors leur compétence économique. Cela a été le cas au  Brésil pendant la période de l’hyper inflation des années 90, en Argentine lors de la dernière crise du Peso. Cette compréhension des phénomènes économiques se développe en Europe.

Les électeurs vont choisir des réponses. Les secteurs qui ont profité de “rentes de situation” comme l’immobilier, la finance vont perdre de leur attrait et de leur capacité à promouvoir les orientations politiques qui les arrangent.

Le travail en Suisse ne sera pas totalement isolé de ces changements, il en bénéficiera et s’adaptera.
Le travailleur Suisse  va suivre ces évolutions avec attention.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *